Entrez votre email et recevez la Newsletter Sport Business 360: l'actualité gratuite et 2.0 du Marketing Sportif

13/06/2013

INFRASTRUCTURES - La pénurie de salles omnisports de Haut Niveau à Paris consterne le monde du Sport

Pourquoi le PSG handball et le club de basket de Nanterre devront-ils jouer au même endroit ?
Paris, sa banlieue, ses 11,8 millions d’habitants, ses six gares, ses deux aéroports… et son unique salle utilisable pour jouer au sport de haut niveau. Le PSG handball et le club de basket de Nanterre peuvent déjà plancher sur le partage de la garde de la Halle Carpentier, où les deux équipes seront forcées d’évoluer en Coupe d’Europe l’an prochain.«C’est quand même dramatique d’en arriver là, lance Alain Béral, le président de la Ligue nationale de basket. On parle de Paris et on n’a pas une salle de 10 000 places conforme à ce qui se fait partout ailleurs. En Lituanie, ils ont 2 millions d’habitants et deux salles de 15.000 places.»
Une commission pour rien
On récapitule: le terrain du Palais des sports de Coubertin, utilisé par le PSG hand, a été jugé trop petit par les experts de la Fédération internationale. Le gymnase Maurice-Thorez, repaire habituel de la JSF, ne s’approche pas même de loin des standards exigés par l’Euroligue (5.000 places au minimum), et Bercy sera en travaux à partir de janvier 2014. Ne reste plus que la salle Carpentier pour faire l’affaire. Le constat n’étonne pas Daniel Costantini, président de la commission Grandes Salles commandée par le précédent gouvernement -et enterrée dans la minute. «C’était en 2010. On avait identifié sept projets de grande salle en France. Depuis il ne s’est rien passé, à part à Gravelines parce que le député du coin est un ancien ministre d’Etat et le voulait bien».
Le manque de volonté publique, c’est précisément le problème pour l’ancien sélectionneur de l’équipe de France de handball. «On avait proposé un deal simple. L’Etat finançait tout à hauteur de 20% pour inciter les investisseurs privés. Ca revenait à 140 millions d’euros.» Somme dont personne n’a vu la trace, crise économique oblige, quand ce n’est pas l’Euro 2016 qui gobe les rares financements publics encore disponibles. Paris n’échappe pas à la règle. La mairie, qui estime avoir assez à faire avec Roland-Garros, a renvoyé le dossier aux calendes municipales.
20 millions pour racheter la BasketBall Arena
Des perspectives qui ont pour seul résultat de doucher les investisseurs potentiels, déplore Alain Béral. Alors le président de la LNB cherche dans son coin une institution prête à mettre 20 millions sur la table pour racheter la salle modulable des JO de Londres. En vain pour le moment. «On ne peut pas imaginer que des gens mettent de l’argent dans notre sport s’ils ne savent pas où ils vont jouer». Au hasard les Qataris, intéressés depuis un moment par le Paris-Levallois. A condition qu’il y ait la salle qui va avec? «Ca fait partie des problèmes que l’on doit régler», répond pudiquement l’ancien président de Pau-Orthez. Dont le Palais des sports reste l’un des rares en France à pouvoir accueillir des matchs d’Euroligue.   [source : 20 Minutes]