Entrez votre email et recevez la Newsletter Sport Business 360: l'actualité gratuite et 2.0 du Marketing Sportif

05/03/2013

FOOT BUSINESS - Découvrez le détail des 60M€ de pertes du Football français professionnel [ETUDE DNCG]

Lille a affiché le meilleur résultat net des clubs en 2011-2012 avec un bénéfice de 3,8 millions d'euros, tandis que Lyon se situe à l'autre bout avec des pertes de 28 millions d'euros.
La Ligue 1 retombe dans ses travers financiers. Après avoir réduit de plus de la moitié ses pertes entre les saisons 2009-2010 et 2010-2011 (de -114 millions à -46 millions), les clubs français de l'élite du football français ont perdu plus de 60 millions d'euros en 2011-2012. Si on y ajoute les équipes de Ligue 2, les pertes atteignent 108 millions d'euros (contre -65 millions en 2010-2011).
Selon le rapport du «gendarme financier» du football français, la Direction nationale de contrôle et de gestion (DNCG), la moitié de la Ligue 1 a pourtant gagné de l'argent (contre 8 clubs en 2010-2011) et neuf en ont perdu (contre 11). Comme en 2010-2011, le Stade Rennais a fini, quant à lui, à l'équilibre parfait. A la tête des mauvais élèves, on retrouve le septuple champion de France, l'Olympique lyonnais, qui a perdu 28 millions d'euros, l'AJ Auxerre (-16,4 millions) qui est descendu en Ligue 2 et l'Olympique de Marseille (-8,2 millions). L'OM et l'OL, quant à eux, pratiquent depuis deux ans, une politique d'austérité, l'obligeant à se séparer de ses meilleurs joueurs. Une stratégie qui, pour l'instant, ne porte pas ses fruits puisque les deux clubs n'ont plus remporté le moindre titre de champion de France depuis respectivement trois et cinq ans.
De son côté, le PSG, qui peut s'appuyer sur les moyens illimités mis à sa disposition par son propriétaire qatari, a réussi à limiter ses pertes à 5,5 millions d'euros, en 2011-2012. Un chiffre qui intègre le fameux contrat en or de plus de 100 millions d'euros avec la Qatar Tourism Autority, validé par la DNCG mais pas encore par l'Association européenne de football (UEFA). Parmi les bons élèves, on retrouve un ancien championnat de France, Lille, qui affiche le meilleur résultat net avec un gain de 3,8 millions d'euros. Les autres, pour la plupart, affichent des bénéfices de seulement quelques centaines de milliers d'euros.
Mais plus que la Ligue 1, ce sont aussi les comptes financiers de la Ligue 2 qui inquiètent avec des pertes de près de 50 millions en 2011-2012 contre -20 en 2010-2011. Quatorze clubs de la deuxième division française ont perdu de l'argent en 2011-2012. A leur tête, le Racing Club de Lens qui a terminé l'année sur un trou de 17,2 millions d'euros et Nantes qui a enregistré une perte de 12,1 millions. Deux anciens champions de France... Preuve que même les (anciens) ténors de l'élite du football hexagonal ne sont pas à l'abri des difficultés financières. Une bien mauvaise nouvelle à l'heure du fair-play financier (mesure imposée au football européen d'équilibrer leurs recettes et leurs dépenses). Malgré tout, la Ligue de football professionnel rappelle que les pertes des clubs français restent «raisonnables» par rapport à celles de leurs voisins espagnols ou anglais.   [source: Le Figaro]