Entrez votre email et recevez la Newsletter Sport Business 360: l'actualité gratuite et 2.0 du Marketing Sportif

02/11/2012

FOOTBALL - Le PSG ne bénéficiera plus des subventions de la ville de Paris à partir de 2013

La "nouvelle dimension financière" du PSG depuis son rachat par les Qataris pousse la ville à mettre un terme à ses aides dès 2013.
À partir de 2013, la ville de Paris ne subventionnera plus directement le Paris Saint-Germain mais continuera dans une moindre mesure à aider sa fondation pour conduire des projets caritatifs et sociaux, a-t-on appris jeudi auprès de l'entourage de Bertrand Delanoë.
Cette initiative, qui doit être entérinée lors du prochain Conseil de Paris le 12 novembre, a été prise compte tenu de "la nouvelle dimension financière" prise par le club de la capitale depuis son rachat par Qatar Sports Investments (QSI) en 2011, dit-on de même source.
Une ultime aide d'un million d'euros
La ville de Paris aide son club-phare depuis de nombreuses années même si depuis quelque temps, le montant de ces subsides a eu tendance à considérablement baisser et à changer de nature d'affectations. Initialement imaginée pour favoriser le développement du club masculin, cette subvention servait depuis peu à financer des campagnes de communication, l'achat de billets pour les redistribuer, la promotion du football féminin et des clubs filleuls. La dernière aide dont l'association PSG va bénéficier, au titre de la saison 2011/2012, sera d'un million d'euros, soit 250 000 euros de moins par rapport à ce qui avait été annoncé en début de saison.
Après janvier, la mairie de Paris passera directement par la Fondation PSG pour aider au financement de projets. "Pour l'instant, on est encore au stade des discussions. Il est impossible d'avancer un chiffre précis sur le montant que représentera cette subvention", a dit à Reuters une proche du dossier. Les élus Europe Écologie-Les Verts du conseil de Paris, qui appartiennent à la majorité municipale, avaient réclamé en juillet l'arrêt de toute subvention au PSG après l'arrivée dans le club du Suédois Zlatan Ibrahimovic pour un salaire annuel de l'ordre de 14 millions d'euros. "Cela n'a plus de sens et est totalement indécent dans le contexte de contraintes budgétaires fortes que connaît la Ville de Paris", avait déclaré à l'époque Sylvain Garrel, coprésident du groupe EELV au Conseil de Paris. [source: Le Point]