Entrez votre email et recevez la Newsletter Sport Business 360: l'actualité gratuite et 2.0 du Marketing Sportif

02/05/2014

SPORT BUSINESS - Vernon Davis devient le premier sportif valorisé en bourse et ouvre l'ère de la cotation humaine


Une startup californienne a placé en bourse le premier athlète de l'histoire: les performances de ce joueur de football américain et ses contrats vont déterminer les gains de ses actionnaires.
Au mois d'octobre 2013, Fantex Holdings avait déjà annoncé la couleur: cette startup fondée en 2012 à San Francisco avait déposé un dossier auprès des autorités de surveillance des marchés financiers américains afin de lancer la cotation d'un sportif de haut niveau. A l'époque, le joueur de football américain Arian Foster, qui évolue sous le maillot des Houston Texans, avait été présenté comme le premier athlète coté en bourse. Mais, à quelques jours de son introduction sur les marchés, Arian Foster s'était blessé. Fantex avait alors suspendu son offre publique.

Tout était à refaire et la seconde tentative s'est déroulée plus discrètement, afin d'éviter la publicité négative survenue lors de l'épisode Arian Foster. Et cette fois-ci, le processus a pu aller à son terme: depuis le début de la semaine, Vernon Davis, ailier des San Francisco 49ers, une autre franchise de football américain, peut suivre chaque jour son cours en bourse. Qu'il marque des points avec son équipe et la courbe va grimper. Si par contre il débute ses rencontres sur le banc ou se blesse, la cotation va baisser.

421'000 actions à 10$ l'unité
Evidemment, s'il parvient à intégrer une équipe prestigieuse en signant un beau contrat à l'intersaison, il devrait voir sa valeur monter en flèche. Et lui devrait en profiter, car il tirera ses revenus des performances boursières. En tout, ce sont 421'000 actions qui ont été mises en vente au prix unitaire de 10$. Toutes seraient parties en quelques semaines, selon Fantex. Quelques investisseurs professionnels ont tenté le pari, mais il semble que la majorité des titres ont été acquis par des passionnés de football américain et des fans de Vernon Davis.
Le joueur est le principal bénéficiaire de cette introduction en bourse: il a touché quatre millions de dollars. Fantex, de son côté, a touché une commission de 1% et va, selon le contrat signé avec l'athlète, percevoir le même pourcentage sur chaque transaction concernant le joueur. Quant aux actionnaires, 10% des revenus de Vernon Davis devraient leur être concédés sous forme de dividendes. Et tous les revenus sont concernés: aussi bien les salaires versés par son club que les rentes versées dans le cadre de contrats d'image ou de publicité.
Mais pour que les actionnaires puissent tirer un substantiel profit de leur portefeuille en actions Vernon Davis, il faudra que l'ailier voit son prochain contrat largement revu à la hausse: alors qu'il avait signé pour 9 millions de dollars auprès des San Francisco 49ers, le seuil de rentabilité est fixé à 42 millions à la prochaine signature. Alors que le contrat actuel court jusqu'en 2016 et que Vernon Davis est âgé de 30 ans, le pari est risqué.
Demain des acteurs et des chanteurs?
Mais si cet objectif était atteint, les actionnaires seraient d'ores et djà rentrés dans leurs frais. Pour tirer des bénéfices supplémentaires, il faudra suivre les performances du joueur, mais aussi de son équipe, ce qui déterminera le montant de ses primes et l'évolution de sa carrière.
En misant sur le football américain, Fantex Holdings n'a pas pris de gros risques: ce sport est le plus populaire aux Etats-Unis avec le basket-ball et le baseball. Chaque semaine, des dizaines de milliers de fans se massent dans les gradins et la finale annuelle du championnat nord-américain, le Superbowl, est l'événement télévisuel le plus suivi du pays. En choisissant une star de ce sport, Fantex savait pouvoir compter sur un réservoir potentiel d'investisseurs composé de millions de fans.
En cas de succès de l'opération, d'autres athlètes mais aussi des chanteurs et des acteurs pourraient être cotés en bourse, selon les stratégies de long-terme de Fantex, qui se refuse à voir dans cette cotation humaine un acte dégradant pour la personne.   [source : bilan.ch]

SPONSORING - Cristiano Ronaldo rejoint la liste prestigieuse des ambassadeurs de Tag Hauer grâce à Sponsorship 360

TAG Heuer, grande manufacture de chronographes prestigieux et haut de gamme au monde annonce la signature d'un partenariat à long terme avec la superstar du football Cristiano Ronaldo en tant qu'ambassadeur de la marque. 
Double vainqueur du Ballon d’Or, attaquant au Real Madrid et capitaine de l'équipe du Portugal pour la prochaine Coupe du Monde au Brésil, Cristiano Ronaldo vient ajouter son nom à l'illustre liste de grands sportifs et de célébrités partenaires de TAG Heuer, sur laquelle figurent notamment des acteurs comme Cameron Diaz et Leonardo DiCaprio, la championne de tennis WTA Maria Sharapova, le champion international de Formule 1 Jenson Button, le champion du monde de rallye Sébastien Ogier et tous les membres d'Oracle Team USA, vainqueur de la Coupe de l'America 2013. Parmi les anciens ambassadeurs, citons les acteurs Brad Pitt et Uma Thurman, le célèbre golfeur Tiger Woods et les plus grands noms de l'histoire de la Formule 1, d'Ayrton Senna à Kimi Räikkönen en passant par Fernando Alonso, Sebastian Vettel et Lewis Hamilton. 
« TAG Heuer est de loin le meilleur dans son domaine », a déclaré Cristiano Ronaldo, « et ce, depuis plus de 150 ans. Aucune autre marque de luxe n'a su tisser des liens aussi forts avec les sportifs de haut niveau. C'est une marque à la fois incroyablement glamour et anticonformiste. Qui plus est, nous partageons la même détermination : celle de changer la donne, de repousser les limites et d’imposer nos propres règles. Faire partie d'une légende si puissante et innovante est un grand honneur pour moi. » 
« Toutes les créations de TAG Heuer constituent un hommage à l'intensité de la vie sur la scène contemporaine. Or qui mieux que Cristiano pourrait incarner cette idée ? », a souligné Stéphane Linder, le PDG de TAG Heuer. « Tout comme TAG Heuer, Cristiano exige la perfection et s'impose, plus que quiconque, de nouveaux défis. C'est la première fois que nous mettons un pied dans le monde du football. Avec Cristiano, c'est une occasion rêvée d'initier une tendance et une nouvelle voie pour nous rapprocher de nos admirateurs. Le sport fait partie de notre tradition puisque nous partageons les mêmes valeurs : la motivation et la discipline, la capacité à repousser ses limites, à ne jamais abandonner... En fait, nous travaillons dans l'univers du sport depuis que nous avons été nommés chronométreur officiel pour les Jeux olympiques de 1920. Nous avons chronométré les épreuves de ski en 1928 puis de Formule 1 et de régate dans les années 1970. C'est formidable pour nous d'ajouter le football en parallèle de notre longue relation avec les sports automobiles, d’autant plus avec ce joueur extrêmement puissant, devenu l'icône numéro 1 de ce sport. ».
Pour Sponsorship 360, après les récentes annonces des accords signés entre Huawei et le Paris Saint-Germain et du réseau d’agences ERA Immobilier avec la Coupe de la Ligue, ce nouveau partenariat vient confirmer l’expertise acquise dans le football et plus généralement dans le conseil en marketing sportif auprès de grandes marques nationales et internationales.
Avec une connaissance spécifique de secteurs d'activités et de sports majeurs, Sponsorship 360 est une ''boutique agence'' indépendante spécialisée dans le marketing sportif et l'événementiel.
Fondée à Saint-Imier en 1860 par Édouard Heuer, TAG Heuer a marqué l’histoire de l’horlogerie, notamment dans le domaine des chronographes et de la précision extrême. Légende de l’horlogerie suisse, figurant parmi les marques les plus convoitées de l’industrie horlogère de prestige, TAG Heuer a su tirer profit de son engagement actif dans le monde des sports pour créer les montres et les instruments de chronométrage parmi les plus précis au monde et est ainsi devenue leader dans la mesure de la haute précision. Ceci lui a valu de remporter en 2012, le prix le plus convoité du secteur, l’Aiguille d’Or du Grand Prix de Genève. TAG Heuer poursuit sans relâche sa quête d’innovation, d’excellence, de performance et de prestige. Cette volonté de viser toujours plus haut s’illustre par ses nombreux partenariats, avec l’écurie de Formule 1 Vodafone McLaren Mercedes et son Champion du monde Jenson Button, avec l’Automobile Club de Monaco sur le Grand Prix de Monaco et dernièrement avec le championnat FIA de Formula E, la plus grande compétition de voitures de course à moteur électrique. En 2011, TAG Heuer rejoint l’équipe ORACLE TEAM USA, vainqueur de la 34ème Coupe de l’America grâce aux instruments de mesure fournis par la marque. La marque s’associe aussi à Leonardo DiCaprio et à Cameron Diaz, à l’acteur bollywoodien Shah Rukh Khan, à l’acteur chinois Chan Dao Ming et la joueuse de tennis Maria Sharapova, avec lesquels elle partage les mêmes valeurs de dépassement de soi et d’innovation.

29/04/2014

FOOT BUSINESS - Le PSG et 4 autres clubs européens sont sérieusement concernés par le fair-play financier [INFOGRAPHIE]

Dans quelques jours, l'UEFA va dévoiler les clubs épinglés dans le cadre du fair-play financier. Le principe est simple: un club ne peut pas dépenser plus qu'il ne gagne. En cas de non respect, les sanctions vont de la simple mise en garde à l'exclusion des compétitions européennes, dont la prestigieuse Ligue des champions. La presse européenne a déjà choisi les futurs condamnés: Chelsea, Manchester City, l'Atlético Madrid, la Juventus et le PSG.
En 2011, 1.7 milliards d'euros de pertes. Les clubs européens dépensent beaucoup d'argent, et même trop. C'est pour cela que l'UEFA a décidé d'appliquer le fair-play financier, qui va entrer en action cette saison. Depuis 2010, une partie des mesures est appliquée, avec l'interdiction d'avoir des arriérés de paiement envers un salarié, un club ou toute autorité administrative. Certaines équipes se sont déjà fait taper sur les doigts. Mais cette année, on passe l'échelon supérieur. Désormais, les clubs ne peuvent pas dépenser plus d'argent qu'ils n'en génèrent. Et les textes de l'UEFA stipulent bien que "si le propriétaire d'un club injecte de l'argent par le biais d'un contrat de sponsoring par une société avec laquelle il a des liens, les instances compétentes (...) si nécessaire, adapteront le calcul du résultat relatif à l'équilibre financier en prenant en compte les recettes de sponsoring (...) en fonction des prix du marché". C'est ce point qui pourrait coûter cher au PSG ou à Manchester City, principaux clubs citée. Sur les 237 clubs concernés par le fair-play financier cette année, 76 auraient subi de plus longs examens.
Les mauvais élèves
En France, le cas du PSG est central. Depuis 2011, le Qatar a dépensé plus de 380 millions d'euros en transferts. Le problème réside dans le contrat de sponsoring avec l'autorité du tourisme du Qatar, pour 200 millions d'euros par an. Or, les experts pourraient estimer que cette somme est surévaluée par rapport au marché, du fait des liens entre Qatar Sports Investments et QTA. Monaco, futur européen, n'entre pas dans cet examen puisque n'ayant pas participé à une coupe d'Europe cette saison. Avec les gros investissements de son propriétaire russe Rybolovlev, le club monégasque aura ses comptes examinés la saison prochaine.
En Angleterre, Chelsea, du milliardaire russe Abramovitch, Liverpool, du consortium américain New England Sports Venture, et Manchester City, du milliardaire d'Abu Dhabi Al Nahyan, sont couramment cités. Plus de 94 millions d'euros dépensés en transferts en 2011, près de 82 en 2012, le club des Citizens a beaucoup dépensé. Et son contrat avec Etihad, sponsor du stade pour 485 millions d'euros pour 10 ans, laisse sceptique les observateurs, un peu à l'image de celui du PSG. Quant aux Blues, ils accusaient 60 millions de pertes la saison passée. En Espagne, c'est l'Atlético Madrid qui inquiète, avec une dette à l'égard du Trésor Public qui se monterait à plusieurs dizaines de millions d'euros selon la presse. En Italie, l'Inter Milan devrait voir sa dette dépasser les 60 millions d'euros. La Juventus, promise au Scudetto, devrait accuser un bilan négatif avoisinant les 45 millions. 
Les bons élèves
Les clubs allemands possèdent de bons bilans, au premier rang desquels le Bayern Munich. En Angleterre, Arsenal semble entrer dans les clous, tout comme Manchester United qui a beaucoup oeuvré en terme de sponsoring. En Italie, le bon élève s'appelle le Napoli, avec un bénéfice de 8 millions d'euros, et un compte positif pour la 7e saison de suite. En Espagne, il semble que le fair-play financier n'inquiète pas vraiment le Real et le Barça, qui sont les deux clubs ayant le plus de revenus au monde: 518 millions d'euros pour le club merengue, 482 millions pour son rival blaugrana selon le cabinet Deloitte.
Les règles à connaître
♦ Quels sont les clubs concernés ? Ceux qui disputent les coupes d'Europe (Ligue des Champions, Ligue Europa).
♦ Qui contrôle ? L'Instance de contrôle financier des clubs (ICFC), composée de deux chambres: celle de l'instruction, dirigée par l'ancien Premier ministre belge Jean-Luc Dehaene, celle de jugement présidée par l'ancien juge de la Cour de justice de l'Union européenne, José Narcisco da Cunha.
♦ Quelle est la période examinée ? Pour éviter de sanctionner un club juste pour une saison moins performante sur le plan sportif et ensuite comptable, ce sont deux exercices qui sont examinés par l'ICFC (2012 et 2013) pour ce premier jugement, avant de passer à trois exercices à compter de la saison prochaine.
♦ Qu'intègre-t-on dans le bilan ? Les investissements réalisés dans les équipements, les infrastructures, la formation, peuvent être déduits des dépenses. Au chapitre recettes, seuls les revenus directement liés au foot sont pris en compte: billetterie, droits de retransmissions, sponsoring, activités commerciales et ventes de joueurs.
♦ Quelles est la marge de manoeuvre ? Pour cette première saison d'application, l'UEFA a placé la barre du déficit à 45 millions d'euros. En clair, dans le premier rapport de l'ICFC, un club peut avoir jusqu'à 45 millions de déficit, si son propriétaire ou son actionnaire peut couvrir. Cette barre sera ramenée à 30 millions d'euros la saison prochaine.
♦ Quelles sont les sanctions encourues ? Elles vont du simple avertissement à l'exclusion des compétitions européennes en cours ou à venir, voire le retrait d'un titre en Coupe d'Europe. Au milieu: des amendes, des déductions de points, des gels de primes des compétitions européennes ou des restrictions du nombre de joueurs pouvant participer aux épreuves européennes...
♦ Quels sont les recours ? Le Tribunal arbitral du sport (TAS), plus haute instance sportive, peut être saisi, dans les 21 jours suivant la notification de la sanction. A noter que cet appel n'est pas suspensif. Ensuite, le tribunal fédéral suisse peut examiner un recours, mais cette juridiction s'attache plus à regarder si les procédures et principes du droit ont été respectés plutôt qu'au fond des dossiers.   [source : FranceTV]

28/04/2014

PARIS SPORTIFS - L'ARJEL autorise enfin de miser sur les "petits" matches de Ligue 1

Les rencontres de Ligue 1 entre deux équipes "ne présentant pas un enjeu sportif suffisant" pour l'une des deux équipes pourront de nouveau faire l'objet de paris sportifs en ligne, a décidé l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) dans une décision publiée vendredi sur son site.
En décembre 2012, l'Arjel avait décidé d'exclure de la liste des paris autorisés ce type de match "afin de lutter contre les atteintes à l'intégrité des rencontres" du championnat de France de football de Ligue 1. Parmi les matchs sans enjeu sportif suffisant figurent principalement les rencontres dans lesquelles l'un des clubs est promis à la descente en Ligue 2.
Depuis, l'Arjel "a développé des outils permettant de mener des contrôles automatisés et systématiques des paris pris sur chaque rencontre". Elle est donc en mesure "de détecter les éventuelles anomalies" sur les paris enregistrés sur le marché français sur chacune des rencontres de cette compétition sportive, et, "le cas échéant, de les dénoncer au procureur de la République".
Dans sa décision, l'Arjel ajoute que la Fédération française de football (FFF) et la Ligue de football professionnel (LFP) ont répondu que "cette restriction n'est plus nécessaire". L'Arjel évaluera l'impact de la décision à l'issue de la saison sportive.
Les mises de football représentent 60 % de l'ensemble des paris sportifs enregistrés par les neuf opérateurs agréés. Au 1er trimestre, le montant des paris sportifs s'est élevé à 254 millions d'euros, en hausse de 25 % par rapport au 1er trimestre 2013 (204 millions).

25/04/2014

SPONSORING - Coca Cola déploie un dispositif à 360° pour faire bouger les français lors du Mondial 2014 de Football

A l’occasion de la Coupe du Monde de la FIFATM au Brésil, Coca-Cola va faire bouger les Français, en particulier les jeunes ! Cet engagement se traduit par une nouvelle campagne de communication, « Le mouvement, c’est le bonheur » qui va donner à tous envie de bouger. Cette plateforme, sera le socle de toutes les actions de l’entreprise Coca-Cola tout au long de l’année. Pour la marque, cette Coupe du Monde est l’occasion de rappeler sa philosophie : le sport, symbole de partage, d’optimisme et de convivialité.
Dans le monde entier, la Coupe du Monde de Football porte ces valeurs : cet esprit de fête et de passion rassemble les amoureux du sport et les fans, mais aussi les autres, ceux qui attendent d’entrer dans le rythme. Aussi, en cette grande année sportive, la marque souhaite célébrer et encourager le sport mais aussi la pratique de l’activité physique de tous les jours, celle qui rassemble entre amis et dans les communautés locales et qui a le pouvoir de nous rendre plus heureux.
La philosophie de Coca-Cola « Le mouvement, c’est le bonheur » est simple : plus on bouge, plus on est heureux.
C’est pourquoi Coca-Cola profite de sa qualité de sponsor du Mondial 2014 de façon exceptionnelle : en célébrant non seulement le football au Brésil, mais également en utilisant la passion du football pour inciter tout le monde à bouger davantage et plus souvent, dans les années à venir.
Pour faire vivre ce programme, la marque déploie un dispositif puissant pour inspirer et motiver les jeunes à bouger :
- La Tournée de la Coupe du Monde de la FIFA
Les 9 et 10 mars derniers sur le Parvis de l’Hôtel de Ville, ce sont plus de 7 000 personnes qui ont pu vivre une expérience inoubliable: se prendre en photo avec le Trophée et s’essayer à la pratique de plusieurs activités sportives et ludiques (babyfoot, capoeira…). Pour cette étape française, la marque avait choisi un ambassadeur emblématique : le « Roi Pelé ». Plus de 8 000 canettes de Coca-Cola et Coca-Cola zero, dans un nouveau format de 250 ml, ont été distribuées à cette occasion.
- Le Sport Ca Me dit
Depuis 2008, Coca-Cola France a mis en place un programme intitulé Le Sport Ca Me Dit, en partenariat avec les Mairies, aux quatre coins de la France. Cet événement a permis de faire bouger plus d’un million d’adolescents, et ce sont près de 800 villes qui y ont adhéré depuis 6 ans. En cette année de Coupe du Monde au Brésil, Coca-Cola lance une grande tournée estivale, qui se déroulera du 10 mai au 23 août dans 11 grandes villes et 12 stations balnéaires. Au programme : 39 jours d’animations aux couleurs du Brésil : 3 activités football (tir au but, parcours dribble, jongle freestyle), 3 activités danse (limbo, zumba, Just Dance*) et 2 activités plage (indiaka et kinball).
- Un hymne musical entraînant qui rythmera la Coupe du Monde
La marque souhaite une nouvelle fois réunir tous les fans de musique et de sport autour de cet événement majeur de 2014. Et comme la nouvelle génération est encore plus fan de musique, Coca-Cola dédie ce nouvel hymne à ses jeunes consommateurs. Il sera interprété par David Correy, chanteur américano-brésilien et finaliste de X-Factor américain. Son titre “The World is Ours” fera découvrir aux fans de foot et de musique du monde entier les rythmes du pays d’accueil de la Coupe du Monde.
Coca-Cola fait vibrer ses points de vente au rythme du football
Coca-Cola Entreprise a prévu un dispositif d’animation sans précédent sur l’ensemble des circuits de distribution, à destination des jeunes et des mères de famille. Toutes les animations et dotations - pour nos clients et nos consommateurs – ont été pensées autour du mouvement.
En grande distribution, le plan d’activation a été conçu au rythme du shopper : en amont de l’acte d’achat, grâce à des coupons de réduction, mais aussi après l’acte d’achat avec des jeux concours dont les dotations inciteront au mouvement (voyage au Brésil dans une école de samba …)
Un plan puissant spécifique pour le Drive a également été développé, avec un renfort de la promotion et de la visibilité on-line.
Dans les points de vente, les animations vont être proposées en deux temps :
· « Bougez avec Coca-Cola » (en avril et mai) avec plus de 2 700 kits distribués aux enseignes
· puis « Célébrez la Coupe du Monde de la FIFATM – Brésil 2014» (en juin et juillet) avec plus de 6 500 kits
Au total, Coca-Cola va activer plus de 9 200 kits en grande distribution. Soit deux fois plus que pour l’UEFA Euro 2012 ou la Coupe du Monde il y a quatre ans.
Une tournée évènementielle démarrera en juin avec le temps fort « Célébrez la Coupe du Monde de la FIFATM – Brésil 2014», sur toute la France, durant près de 100 journées (soit deux fois plus que pour l’UEFA Euro 2012).
En hors-domicile (cafés, restaurants, vente à emporter etc.) durant quatre mois (mars à juin) ce sont plus de 28 000 kits qui vont être déployés pour célébrer le football - soit 17% de plus que pour l’UEFA Euro 2012. Stickers de porte, sets de table, guirlande de fanions, corner de TV, indicateur de score… En hors-domicile comme en alimentaire le shopper est placé au cœur des animations, avec pour mot d’ordre « Bougez avec Coca-Cola ».
Ce temps fort sera relayé sur la plateforme de services « Pro avec vous », la plateforme de services destinée aux professionnels indépendants du Hors-Foyer. Notre mission : aider ces derniers à développer leur activité durant cette période festive, propice à la croissance de leur chiffre d’affaire.