Entrez votre email et recevez la Newsletter Sport Business 360

06/07/2015

#POLITIQUE - Quand le Sport Business devient l'épine dans le pied de la ville de Levallois

Au-delà du cas Riner, c'est tout un système que le rapport de la chambre régionale des comptes met en lumière. 
La polémique sur le salaire de Teddy Riner a levé un nouveau coin de voile sur le système Balkany. Dans un rapport cinglant qui doit être discuté ce lundi en conseil municipal, et que Libération publie en intégralité, la chambre régionale des comptes s’intéresse de près aux finances du Levallois Sporting Club (LSC). Et révèle la gabegie du club fondé en 1983 par Patrick Balkany, qui affichait l’an dernier plus de 2 millions d’euros de dettes. Outre le salaire mirobolant de ses athlètes de haut niveau (près de 30 000 euros mensuels pour le seul Teddy Riner), le club est également étrillé pour sa gestion des grands événements sportifs. «Manifestement surdimensionnés au regard des capacités financières du club, ces événements n’ont pas engendré les retombées économiques positives attendues», note pudiquement le rapport qui évoque des manifestations au «budget mal maîtrisé». Plus encore que les championnats du monde de judo, qui avaient fait perdre à la ville 750 000 euros en 2008, l’autorité de contrôle pointe les combats de boxe qui ont longtemps fait la renommée de la ville et la fierté de son maire.
Depuis 2008, une dizaine de galas ont eu lieu au Palais des sports Marcel-Cerdan, avec pour point d’orgue les finales des championnats d’europe légers. La chambre souligne l’«organisation atypique» de ces événements — faisant intervenir conjointement le LSC, la ville et une société organisatrice des combats —, insistant sur «la totale opacité qui recouvre le bilan financier de ces opérations». Des événements où les boxeurs étaient parfois payés en liquide et les intermédiaires toujours choyés. On découvre ainsi que le club a versé 257 000 euros au promoteur de boxe américain Don King en 2008. La chambre régionale des comptes s’intéresse également au cas d’un boxeur, présenté sous le nom de «Monsieur X», que les amateurs du noble art connaissent mieux sous le nom de Souleymane M’Baye. Recruté en 2002, initialement salarié comme «employé technique», puis comme «éducateur sportif» ou «manager», l’homme a ensuite été payé en cachets pour monter sur le ring. Entre 2007 et 2010, «Monsieur X» combat à trois reprises à Levallois, empochant 40 000 euros à chaque fois. Puis en 2011, il touche 115 000 euros d’honoraires pour sa préparation aux championnats du monde WBA à Marrakech. Retiré depuis de la compétition, il est de nouveau salarié du club, principalement payé en notes de frais.
Pour la chambre régionale des comptes, cette gestion hasardeuse est d’autant plus problématique qu’elle repose en très large partie sur des subventions publiques. L’an dernier, la municipalité a ainsi versé plus de 6 millions d’euros au club, un montant en augmentation de 25% ces dernières années. Ce «lien organique» entre le club et la ville est longuement développé dans le rapport, qui s’étonne que sur les 24 personnes composant le conseil d’administration du LSC, huit membres de droit soient directement issus du conseil municipal. En tant que «président d’honneur», Patrick Baklkany lui-même a siégé à diverses reprises au conseil d’administration pour prendre part aux débats, insistant personnellement sur le recrutement d’un judoka professionnel ou sur la nécessité d’organiser des combats de boxe.
Le député et maire, qui a versé au club en 2013 la totalité de sa réserve parlementaire (110 000 euros), se sent chez lui au LSC. A tel point que le club est devenu au fil du temps une annexe de la mairie. «L’immixtion de la ville dans la gestion du LSC soulève la question du caractère transparent de l’association, porteur de nombreux risques juridiques», souligne le rapport. Signe de cette symbiose, le club était dirigé jusqu’en 2012 par Jean-Pierre Aubry, le bras droit de Balkany également président de la Semarlep, la juteuse société d’économie mixte de la ville. Mis en examen depuis pour «blanchiment de fraude fiscale», Aubry a dû démissionner mais a conservé son siège au conseil d’administration du club. En septembre 2012, lors d’une session extraordinaire à la mairie, Patrick Balkany a lui-même intronisé son successeur, Bertrand Percie du Sert, jusqu’alors conseiller municipal délégué à la voirie, à la propreté, à la sécurité publique et routière. Ce jour-là, le maire se félicite «d’avoir une équipe totalement renouvelée pour gérer le sport à Levallois». Mais n’oublie pas de rappeler qu’en qualité de «principal actionnaire» de l’association, il a un pouvoir de décision sur toutes les orientations du club. Histoire de lever toute ambiguïté.   [source: Liberation.fr - Emmanuel Fansten]

#RUGBY - TF1 déploiera un dispositif digital enrichi pour la Coupe du Monde 2015

TF1 a mis en place un Rugby Live Center sur MYTF1, au sein duquel les 21 matchs pour lesquels TF1 possède les droits exclusifs seront retransmis en direct avec une expérience enrichie.
A l’occasion de la Coupe du Monde de Rugby 2015, qui se déroulera du 18 septembre au 31 octobre, TF1 lance un magazine digital conçu pour les tablettes. Intitulé 20XV, il est disponible au sein d’une application gratuite sur iOS et Android, ainsi que sur MYTF1. En attendant le début de l’événement, 3 numéros (un par mois) proposeront des archives vidéo des sept précédentes Coupe du Monde, une "encyclopédie statistique" et des interviews exclusives.
Par ailleurs, TF1 a mis en place un Rugby Live Center sur sa plateforme numérique MYTF1, au sein duquel les 21 matchs de l’antenne, pour lesquels TF1 possède les droits exclusifs, seront retransmis en direct avec une expérience enrichie. L’internaute retrouvera à côté du player des statistiques, la sélection des meilleures actions et les meilleurs commentaires sur les réseaux sociaux. Il sera également possible de visionner 17 matchs depuis la caméra de l’arbitre, "la ref cam", avec le son pour une meilleure immersion sur le terrain. Le dispositif sera également disponible sur la TV d’Orange.
En complément, la chaîne, qui dispose également des droits pour l'exploitation multi-écrans de la Coupe du Monde de Rugby 2015, proposera en replay l’intégralité des 48 matchs de la Coupe du Monde de Rugby, y compris ceux dont les droits ont été cédés Canal+
Autre dispositif sur le numérique, le Rugby Mix, un dispositif autour des archives de 1987 à 2011 qui propose un générateur de listes de lecture vidéo. L’internaute peut sélectionner une équipe, un joueur et un type d’action parmi les 200 vidéos d’archives et générer automatiquement une vidéo de 4 minutes.
Sur l’antenne, la chaîne proposera en direct les cérémonies d'ouverture et de clôture. Au total, elle diffusera 21 matchs (8 Prime Time, 11 Access le week-end, et 2 matchs le dimanche après-midi), dont en exclusivité : tous les matchs du XV de France, les meilleures affiches des phases de poules, deux quarts de finale, les deux demi-finales, le match pour la 3ème place et la finale. Les matchs seront commentés par Christian Jeanpierre, Bernard Laporte, Thierry Lacroix, Nicolas Delage et Christian Califano. Durant les JT, une page spéciale sera consacrée à l’événement, avec des envoyés spéciaux en direct, ainsi qu’un dispositif de réalité augmentée en plateau durant le 20h de Gilles Bouleau pour décrypter les règles du rugby. Un magazine spécial sera diffusé tous les soirs de match, tandis que "Télé Rugby" s’intercalera le dimanche entre "Automoto" et "Téléfoot". Société Générale, GMF, Land Rover, Isover, Petrol Hahn, Samsung et Monster sont les parrains officiels de l’événement sur TF1.    [source : Journal du Net ]

16/05/2015

#TOURISME - Quand l'Etat fait la promotion de l'Euro 2016 et de la France auprès de la Chine

Le ministre des Affaires étrangères termine son voyage en Chine aujourd'hui. Il fait notamment la promotion de l’Euro 2016 et de la destination France. Laurent Fabius va peut-être devenir un expert du « double contact » dont sont friands les amateurs de football : à la faveur d’une réunion organisée à l’ambassade de France à Pékin autour de l’Euro 2016 , le ministre des Affaires étrangères confirme en effet qu’il est bien en charge également de la promotion touristique de la France.
Si le sélectionneur français de l’équipe nationale chinoise de football, Alain Perrin, figure au programme de la réunion, Laurent Fabius doit surtout rencontrer la direction de l’agent exclusif de l’UEFA chargé de la vente en Chine du programme d’hospitalité – ces prestations commercialisées dans leur très grande majorité auprès des entreprises – du Championnat d’Europe des Nations de football qui se disputera en France du 10 juin au 10 juillet 2016. Il s’agit de la société Shankai Sports International, créée en 2009 et déjà un poids lourd du « sport business » en Chine. Elle est active dans l’« hospitalité » donc – notamment pour Roland-Garros –, mais aussi le marketing sportif, l’événementiel – avec le PSG en particulier –, et la communication digitale.
Pour Laurent Fabius, qui en est à son dixième voyage en Chine, l’Euro 2016 fait office de vitrine de la destination France, d’autant que les Chinois s’intéressent toujours plus au football. A ce titre, l’agence Atout France, la boîte à outils du tourisme français – promotion, développement, marketing, études, ingénierie… – a concocté un plan d’action pour « vendre » la compétition, y compris un volet marketing digital. Une application pour mieux profiter de l’Euro et de Paris Il a même été développé une application pour l’accueil des spectateurs et des touristes individuels avec la société chinoise Erlinyou (créée par un Français). Entre la commercialisation du programme d’hospitalité et la billetterie grand public, les pouvoirs publics français tablent sur au moins 15.000 billets vendus sur le marché chinois. A première vue, cela pourrait paraître modeste puisqu’on attend 1 million de visiteurs étrangers avec l’Euro pour un total de billets à vendre de 2,5 millions. En outre, la croissance du tourisme chinois est déjà exponentielle avec 1,7 million de visiteurs en France l’an dernier, et bien davantage en 2015.
Mais, comme le souligne le directeur général d’Atout France, Christian Mantei, « non seulement l’Euro 2016 est un événement considérable, mais les visiteurs chinois resteront plus longtemps et dépenseront davantage que les clientèles étrangères de proximité ». D’une manière générale, la commercialisation de l’événement bat déjà son plein. Il a ainsi été annoncé mardi la vente auprès du grand public de 1 million de billets à partir du 10 juin et pour un mois via le site Euro2016.fr. Les tarifs s’échelonnent de 25 euros (prix d’entrée pour 85 % des matchs) à 895 euros (meilleures places en finale).   (source : lesechos.fr)
Partagez cet article en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

#DROITSTV - La LFP capitalise sur la condamnation de Rojadirecta pour lutter contre le streaming illégal


Comment regarder un match de football sans être abonné à Canal+ ou BeIn Sports ? Jusqu'ici, pour LFP), qui vient de le faire condammner en France à 100 000 euros de dommages et intérêts.
certains internautes, la solution résidait dans Rojadirecta.me, un site qui collecte des liens de streaming illégaux en direct. Pourtant peu intuitif et non traduit, sa popularité lui a valu d'être repéré par la Ligue de football professionnel. Traduit en plusieurs langues dont l'anglais, le site est fortement suivi sur les réseaux sociaux malgré l'inactivité de certaines pages.
Un « éditeur » de contenus frauduleux
Roja Directa – le « direct rouge » en espagnol – n'héberge pas de contenus illicites sur ses serveurs. Mais le site a été jugé comme « éditeur » de contenus frauduleux, pour les liens qu'il diffuse redirigeant vers des flux ou vidéos qui, elles, sont illégales. Après de longues procédures, la justice espagnole avait statué sur la légalité du site en 2010, jugeant qu'un simple agrégateur de contenu ne pouvait pas être attaqué. La même justice espagnole a fortement durci sa loi en faveur des ayants droit fin octobre 2014.
Le Figaro, qui rapporte cette décision de justice prise le 19 mars, rappelle également que les droits de retransmission ont été cédés à Canal+ et BeIn Sports pour 726,5 millions d'euros par saison. Le tribunal de grande instance de Paris a donné raison à la LFP, en estimant que le site était un vecteur de piratage intentionnel et provoquait un manque à gagner pour les chaînes payantes, dont les droits de diffusion perdaient ainsi de la valeur. Il a également condamné Perto 80, la société qui héberge Roja Directa, à 5 000 euros de pénalités par jour et par lien toujours actif. Enfin, le site devra afficher un communiqué sur l'illégalité de son contenu. « Cette décision de justice va nous permettre d'engager des procédures contre d'autres sites que Roja Directa et qui se livrent à la même activité », déclare Jérôme Perlemuter, juriste de la LFP, au Figaro. Il existe en effet de nombreux autres diffuseurs, et Roja Directa n'est pas le seul agrégateur du genre. Perto 80 a encore trois semaines pour faire appel.   (source : lemonde.fr)

Partagez cet article en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email

#MEDIAS - Sporever et Attractive Sport associent leurs expertises du Sport et du E-commerce

La société ATTRACTIVE SPORT (cotée sur le Marché Libre - FR0012017689 MLATS), a acquis le 4 mai 2015, auprès de M. Patrick Chêne et de la société Leccia, 994.572 actions (représentant environ 45% du capital et des droits de vote) de la société SPOREVER (cotée Alternext Paris - FR0010213215 ALSPO), acteur majeur de la production et de l'édition de contenus pour internet, le mobile et la télévision.
Pascal CHEVALIER a été nommé Président Directeur Général de SPOREVER et Gautier NORMAND a été nommé Directeur Général Délégué.
Toujours présent dans le Groupe, Patrick Chene assurera une caution éditoriale et
participera à la mise en place de la stratégie de SPOREVER. Il reste également membre du conseil d'administration.
Si les deux groupes sont spécialisés dans le domaine du sport, ATTRACTIVE SPORT propose une expertise plus numérique et fortement axée sur l' e-commerce. De son coté, SPOREVER détient de précieux actifs développés sous sa « marque 365 » (Internet, mobile et télévision).
Cette opération permet ainsi à ATTRACTIVE-SPORT de poursuivre développer des marques de l'édition sportive associées au e-commerce.
Gautier Normand : « Nous avons pour ambition de devenir un acteur majeur du paysage sportif digital. Attractive Sport allie désormais une audience de Media réfèrent et significative avec Media365 à nos activités de e-commerce générant ainsi des synergies opérationnelles importantes. Cette opération nous permet de réaliser un chiffre d'affaires consolidé de plus de 20M€. Nous sommes ravis de poursuivre le développementde ce Groupe avec Patrick Chene».
Patrick Chêne a déclaré :
« L'arrivée de nouveaux actionnaires spécialisés dans le numérique apporte une réelle plus-value à l'offre web et mobile. Elle enrichira les sites de la marque 365 et les services rendus à ses partenaires. Les moyens de production de Sporever apporteront également un avantage significatif aux marques d'Attractive Sport ».    (source : zonebourse.com)

Partagez cet article en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin email